LE CARDINAL MERCIER

1798 Cardinal MercierDésiré-Joseph Mercier naquit à Braine-l’-Alleud le 21 novembre 1851 ; sa maison natale y existe toujours à l’entrée de la chaussée d’Alsemberg.
Il fut ordonné prêtre en 1875. Après de nombreuses années consacrées à l’enseignement, notamment au Séminaire de Malines, il devint Monseigneur Mercier en 1906 et présida le Séminaire Léon XIII, son œuvre de prédilection selon la déclaration du Cardinal van Roey qui devait lui succéder en 1907.
Le régime de confiance, l’esprit de famille et le sens des responsabilités furent les grandes directives de Désiré-Joseph Mercier dans son Séminaire.
Il voulait former des hommes dont l’avenir aurait grand besoin.
La guerre de 1914-1918 lui fournit l’occasion de prouver son patriotisme sans provocation mais fier de s’afficher face à un ennemi implacable.
Il écrivit, pour encourager les Belges dans leur résistance à l’occupant, une lettre pastorale intitulée «Patriotisme et endurance» qui fut lue dans toutes les églises. Il y proclamait que l’obéissance n’est due qu’à Dieu et à l’autorité légitime.
Cette lettre suscita des héros mais jamais l’occupant n’osa user de représailles à l’égard de son illustre auteur. Il imposait le respect à tous ceux qui l’approchaient.
De 1921 à1923, il posa les premiers jalons de l’œcuménisme en provoquant ce que l’on a appelé les «Conversations de Malines». Elles furent en réalité le premier dialogue constructif déjà entre protestants et catholiques. Il inspirait aussi l’amour : son sourire était paternel pour tous et spécialement pour les enfants ; c’est ainsi qu’il créa un collège au cœur du Brabant wallon : le Collège Cardinal-Mercier, fondé en 1924.
Il voulut placer à la tête de ce collège un homme qui, lui aussi, aimait les jeunes, un tempérament ardent et patriotique, le futur aumônier principal de l’armée : l’abbé René Verbruggen, pétri des théories sociales du Cardinal. Il voulut que soit appliqué dans son collège le régime de confiance qu’il avait instauré à Malines.
En 1906, il fut élevé à la dignité de Prélat de Belgique et la pourpre cardinalice recouvrit cette stature haute par la taille, plus haute encore par la valeur et la sainteté. Dans son visage émacié, son regard calme et droit nous fait deviner toute la science, toute la grandeur morale, toute la bonté aussi de celui qui, usé par une longue vie bien remplie, consacrée au bonheur des autres, devait s’éteindre sur un lit d’hôpital de la rue des Cendres à Bruxelles, le 23 janvier 1926.
A l’occasion du 50°anniversaire de son décès le pays reconnaissant tient à rappeler à tous, l’éminente personnalité que fut le cardinal Mercier.

Attention!
Pour tout renseignement concernant la PHILATÉLIE, il vous sera toujours répondu si vous vous adressez à PHILAGODU,
soit par mail (cliquez sur "contacts"), soit par fax au 02/503 38 11

Pour toute question portant sur les thèmes culturels abordés dans ce site, nous vous invitons à contacter les organismes directement concernés.