L’ABBAYE NOTRE DAME DE SOLEILMONT

1720 Abbaye de SoleilmontCe sont ces vieux murs burinés par les générations, calcinés par l’incendie du 25 décembre 1963, à l’abri desquels vivait, depuis des siècles, une communauté de sœurs dont la vie se partage entre la prière et le travail des mains. En 1185, un acte officiel parle déjà d’elles. Le 11 juillet 1237, Baudouin de Courtenay, comte de Namur et empereur de Constantinople, ratifie la donation faite par sa mère Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut, d’un vivier, d’un bonnier de prés et d’un moulin au Couvent des Dames de Soleilmont.
Cette même année, la maison et ses habitantes sont incorporées à l’Ordre de Cîteaux et placées sous la paternité de l’Abbaye d’Aulne.
Située à quelques kilomètres de Charleroi, en contrebas de la ville de Fleurus, l’Abbaye a partagé avec les régions avoisinantes les vicissitudes des guerres et des maux dont eut à souffrir la population de l’endroit ;
en 1579 : dévastation et ravages lors des troubles de l’insurrection contre l’Espagne;
en 1635 : dégâts occasionnés par les français et peste dans le pays ;
en 1690 et 1794 : les batailles de Fleurus.
La Révolution française chasse les religieuses. Durant cinq ans elles trouvent asile à Farciennes mais rentrent dénuées de tout, en 1802, comme locataires. Bientôt elles ne sont plus que quatre. Malgré cela en 1837, les bâtiments sont rachetés et un pensionnat est ouvert; il est maintenu jusqu’à la guerre de 1914-1918.
Autorisées, en 1919, à reprendre la vie Cistercienne, elles sont réaffiliées à l’Ordre de Cîteaux, en 1922. En 1950, elles envoient 13 religieuses fonder l’Abbaye Notre-Dame de Nazareth à Brecht. Noël 1963, un désastre, l’incendie des bâtiments, frappe un fois de plus les sœurs. Depuis 1973, un nouveau monastère s’étend à quelque distance de l’ancien et c’est dans un cadre rénové que l’Abbaye de Soleilmont poursuivra son existence de pauvreté, de partage, de recherche de Dieu.
Ceux qui vivent aux alentours viennent à Soleilmont pour y prier Notre-Dame de Rome et chaque année, le dernier dimanche d’août, la Marche de la grande Terre, de Châtelineau, porte en procession cette image de Notre-Dame qui, en 1635, a guéri de la peste.
Une relique du Saint Clou, dont une parcelle fut donnée aux Archiducs Albert et Isabelle, est également vénérée par les pèlerins.


Attention!

Pour tout renseignement concernant la PHILATLIE, il vous sera toujours répondu si vous vous adressez à PHILAGODU,
soit par mail (cliquez sur "contacts"), soit par fax au 02/503 38 11
Pour toute question portant sur les thèmes culturels abordés dans ce site, nous vous invitons à contacter les organismes directement concernés.