CAMILLE HUYSMANS

Camille HuysmansAu cours d’une carrière exceptionnellement longue d’homme politique. Camille Huysmans a marqué de son empreinte 75 années d’histoire de Belgique ainsi que l’évolution du socialisme international.
HUYSMANS vit le jour à Bilzen (Limbourg). Dès sa prime jeunesse il était attiré par le théâtre et la musique, et fit ses études de philologie à l’université de Liège ou il se prépara au professorat. De 1893 à 1895 il donna des cours à Ypres. En sa qualité de membre du parti Ouvrier Belge de cette époque, il fut contraint de choisir une autre carrière, celle de journaliste, et devint bientôt rédacteur parlementaire du journal «le Petit Bleu ».
Il épousa Marthe Espagne en1897. Par sa collaboration à plusieurs journaux et son activité politique, il fut élu conseiller communal de la ville de Bruxelles et en 1910 il était député.
La première guerre mondiale n’a pu, hélas, être évitée et la tentative de Camille Huysmans en vue d’organiser en pleine guerre une concertation entre les belligérants dans la capitale de la Suède neutre, échoua. Avoir été «l’homme de Stockholm » est un titre qui ne lui déplut certes pas, bien qu’il ne voulut s'en glorifier.
En 1919, il devint député pour le district d’Anvers et en 1921, il était conseiller communal et échevin de l’instruction publique de cette ville.
Avec le concours de François VAN CAUWELAERT, il forgea è cette époque l’entente entre catholiques et les socialistes et contribua à la paix scolaire.
Après la libération, il reprit ses fonctions de bourgmestre au moment même où, pendant six mois, la ville d’Anvers traversa une sombre période sous la terreur des bombes volantes.
En 1945, il devint Ministre d’État et Premier Ministre un an plus tard.
Plus tard, Camille Huysmans assuma encore les fonctions de Ministre de l’Instruction publique (1947-1949)et accomplit un nouveau terme comme président de la Chambre des Représentants (1954-1958) ; il s’acquitta de sa charge de parlementaire jusqu’en 1965.
Au cours de sa vie il appartenait déjà à l’histoire et entra en quelque sorte dans la légende.
L’intérêt qu’il témoigna pour la littérature et pour les arts prouve qu’il était resté, dans l’âme, le philologue de jadis. En dépit des marques d'honneur et des titres dont il fut comblé, considéra les hommes et les choses avec ironie et humour. Jusqu'à un âge très avancé il fut un travailleur infatigable.
Pour le mouvement auquel il avait consacré sa vie, il était en quelque sorte l’emblème, pour son pays il demeurera une figure unique.

 

Attention!
Pour tout renseignement concernant la PHILATÉLIE, il vous sera toujours répondu si vous vous adressez à PHILAGODU,
soit par mail (cliquez sur "contacts"), soit par fax au 02/503 38 11

Pour toute question portant sur les thèmes culturels abordés dans ce site, nous vous invitons à contacter les organismes directement concernés.